Share
Des idées pour l’avenir de l’église Saint-Paul

Des idées pour l’avenir de l’église Saint-Paul

PATRICK WOODBURY, LEDROIT
Publié le 02 juin 2010 à 23h43 | Mis à jour le 04 juin 2010 à 23h43
161344-justine-mercier
Justine Mercier

Le Droit Les concepts proposés sont actuellement exposés au Musée de l’Auberge Symmes. Le concours ne visait qu’à obtenir des idées, aucune décision n’est encore prise.

La nouvelle structure de l’église Saint-Paul d’Aylmer, qui a été la proie des flammes il y a près d’un an, devrait intégrer les vestiges de l’édifice patrimonial à un concept architectural moderne où le culte ne serait plus la seule vocation. Un belvédère à même la tour du clocher, l’aménagement de salles de spectacles ou encore l’arrivée de commerces sont au nombre des idées actuellement étudiées.

Après avoir écarté l’option d’une démolition, la Conseil de fabrique de la paroisse Saint-Paul a lancé un concours d’idées, et les concepts proposés sont actuellement exposés au Musée de l’Auberge Symmes. Les concepts proposés sont actuellement exposés au Musée… (Patrick Woodbury, LeDroit)

Le premier prix est allé au projet de l’architecte Maxime Brault, conçu avec la firme Lapointe Magne et associés, qui propose un belvédère offrant une vue sur la ville à partie de la tour du clocher. « Notre proposition consistait à reconstruire une immense toiture au-dessus des vestiges de pierre », a indiqué M. Brault. La disposition de panneaux transparents, translucides et opaques est faite de manière à accroître l’apport de lumière naturelle. La firme Labonté Marcil a obtenu la 2e place pour un projet de cohabitation entre une église de 600 places, une bibliothèque, des salles de concert, des commerces et 35 unités d’habitation.

Le porte-parole du Conseil de fabrique, Richard Bégin, a expliqué que l’avenir de l’église est étroitement lié à une ouverture vers de nouvelles vocations. « On sait que la pratique religieuse a baissé, on ne sait pas si ça va reprendre ou pas, la tendance est plutôt à la baisse, mais si on construit un édifice, il faudrait qu’il réponde naturellement adéquatement aux besoins du culte […], mais il pourrait aussi accommoder toutes sortes d’autres besoins dans la communauté au niveau de la culture. »

Des travaux en 2011 ?

Comme le concours ne visait qu’à obtenir des idées, aucune décision n’est encore prise. M. Bégin souhaite que le tout soit fixé d’ici la fin de l’automne. « On espérait qu’on puisse commencer certains travaux au printemps 2011, de façon à ce que peut-être on puisse avoir une messe de Noël dans l’édifice. »

Peu importe l’idée finale qui sera retenue, le Conseil de fabrique devra trouver des appuis financiers. La somme de 3,5 millions $ provenant des assurances est loin d’être suffisante. Le conseiller du district d’Aylmer et président de la Commission des arts, de la culture, des lettres et du patrimoine, Stefan Psenak, affirme que la Ville est prête à participer à un projet de centre multifonctionnel. « C’est sûr qu’aujourd’hui je ne peux pas faire une confirmation du montant, de la hauteur à laquelle la Ville va s’engager, mais ce que je peux dire c’est que c’est sûr qu’on va être des partenaires de choix privilégiés », a-t-il assuré.

« Je pense que le pire des scénarios ce serait de tout raser et de reconstruire, alors les projets qui marient les belles pierres d’autrefois avec les nouveaux matériaux d’aujourd’hui, c’est très intéressant », a pour sa part commenté le président de la Société d’histoire de l’Outaouais, Michel Prévost.